Observatoire Régional des transports du Nord - Pas de Calais
Observatoire Régional des transports du Nord - Pas de Calais
Consultez les indicateurs par thème
Consultez l'atlas Consultez l'atlas
Région Nord Pas de Calais République française
  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte
  • Imprimer cet article
  • Envoyer cet article à un ami
  • Suivre le flux RSS de la rubrique
  • Consulter cet article au format PDF

Recommander cet article

Synthèse

Le schéma des échanges voyageurs représente bien les liens étroits établis entre les régions Nord-Pas de Calais et Picardie d’une part, et la région Île-de-France et l’Europe du Nord d’autre part, et qui se traduisent par une forte prédominance des flux nord-sud. Les échanges des deux régions avec les autres régions françaises atteignent 160.000 voyageurs par jour, dont la grande majorité se fait avec l’Île-de-France (125.000 voyageurs par jour). Les échanges entre la Picardie et la région parisienne sont particulièrement représentatifs des migrations alternantes entre ces deux régions.

Avec 71.000 voyageurs par jour empruntant le corridor, le Benelux et son dynamisme économique constitue un facteur important d’échange et notamment avec la région parisienne (55.000 voyageurs par jour).

Le trafic de transit international est ici très incomplètement représenté avec 6.200 voyageurs par jour, le mode aérien traversant l’espace français n’étant pas représenté.

A ces échanges interrégionaux et internationaux sont à ajouter les trafics très importants générés au sein des régions Nord-Pas de Calais et Picardie elles-mêmes : 260.000 voyageurs se déplacent chaque jour entre la métropole lilloise et les autres pôles de la région. Ces flux concernent plus particulièrement l’ouest du bassin minier (Douai, Lens, Béthune) qui "génère" à lui-seul 190.000 voyageurs par jour. Comme pour les flux de marchandises, la part modale de la route est inférieure à la moyenne nationale : dans les relations avec l’Île-de-France, par exemple, la part du rail, notamment grâce au TGV, atteint 26% en limite sud du Nord-Pas de Calais contre 55% pour la route pour atteindre 37% au sud de la Picardie contre 51% pour la route.

La part des transports en commun peut être encore plus importante à condition que le rapport destination/distance/flux soit bien adapté : c’est le cas des relations entre la métropole lilloise et Paris où le TGV représente 55% du trafic pour 45 % pour la route, ou vers le sud-est (Lyon, Marseille, Nice.) pour laquelle le rail plus l’aérien offrent 57% de part de marché contre 43% pour la route.

flux Picardie - Région

Observatoire Régional des transports du Nord - Pas de Calais