Observatoire Régional des transports du Nord - Pas de Calais
Observatoire Régional des transports du Nord - Pas de Calais
Consultez les indicateurs par thème
Consultez l'atlas Consultez l'atlas
Région Nord Pas de Calais République française
Accueil > Indicateurs > 2002 > Le fret > Synthèse
  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte
  • Imprimer cet article
  • Envoyer cet article à un ami
  • Suivre le flux RSS de la rubrique
  • Consulter cet article au format PDF

Recommander cet article

Synthèse

L’analyse des échanges de marchandises fait apparaître qu’ils sont majoritairement générés par les deux régions (Picardie et Nord-Pas de Calais) elles-mêmes : 85% des volumes sont émis ou à destination des deux régions.

Les principaux flux concernent le nord, en direction du Benelux et de l’Allemagne, avec un trafic de 116,9 millions de tonnes, le sud en direction de la Haute-Normandie, l’ouest et le sud-ouest, avec un trafic de 84,5 millions de tonnes, loin devant l’Île-de-France et le Centre (49,7 millions de tonnes), et le sud-est (25,4 millions de tonnes).

Quant aux flux de transit (échanges entre le reste de la France et l’Europe du Nord et transit international), ils s’avèrent particulièrement importants pour l’économie nationale compte tenu de l’importance du trafic. Il convient d’ailleurs de ne pas oublier le transit par voie maritime qui représente une part non négligeable, avec 35 MT, à partir de la péninsule ibérique vers le Royaume-Uni, l’Allemagne et le Benelux.

Une particularité du corridor nord-sud réside dans la proximité des principaux émetteurs et récepteurs de ces marchandises : une des plus longues liaisons concerne Paris-Rotterdam, avec 447 km, mais Lille et Anvers ne sont séparés que de 127 km. Une deuxième particularité réside dans les distances moyennes parcourues par les poids lourds : 59,8% des marchandises sont transportées sur des distances allant de 0 à 300 km. Presqu’un tiers de ces marchandises (32,1% exactement) parcourent même moins de 100 km. De telles distances favorisent le mode routier.

Toutefois, comme pour les flux de voyageurs, le partage modal des trafics est davantage favorable aux modes non routiers que la moyenne nationale : avec l’Île-de-France, la route prend 74% du marché (proche des 77% de la moyenne nationale) mais pour les échanges longue distance entre le Nord-Pas de Calais et l’est et le sud-est de la France, la part du fer s’élève à 34% contre 19% en moyenne nationale. Lorsqu’une offre fluviale à grand gabarit existe, la part modale de la voie d’eau peut monter jusqu’à 12% de part de marché contre 3% en moyenne nationale.

- flux Picardie - Région

Observatoire Régional des transports du Nord - Pas de Calais