Observatoire Régional des transports du Nord - Pas de Calais
Observatoire Régional des transports du Nord - Pas de Calais
Consultez les indicateurs par thème
Consultez l'atlas Consultez l'atlas
Région Nord Pas de Calais République française
Accueil > Indicateurs > 2000 > La mobilité des personnes > Les trafics transmanche
  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte
  • Imprimer cet article
  • Envoyer cet article à un ami
  • Suivre le flux RSS de la rubrique
  • Consulter cet article au format PDF

Recommander cet article

Les trafics transmanche

Sur le Transmanche, la capacité offerte pour les passagers a été multipliée par 1,8 en 10 ans. Elle a doublé sur le Détroit Calais-Douvres et a légèrement progressé sur la Manche Ouest (+30%). En revanche, la capacité offerte a reculé sur la Manche Nord.

L’abolition des ventes hors taxes en Europe, prévue initialement pour l’année 1993, n’est intervenue qu’en 1999. Entre ces deux dates, la possibilité d’acheter des produits hors taxes sur les ferries a été étendue, ce qui, associée à la réduction des prix des traversées, a provoqué une accélération de la croissance du marché passagers, notamment du segment des voitures. Ainsi, le trafic de passagers motorisés a augmenté de 55% entre 1990 et 1998. Aujourd’hui, la source de revenus des ventes hors taxes n’existe plus et les prix de traversée ont augmenté, entraînant la disparition d’une partie du marché passagers. Sur le Détroit, entre 1998 et 1999, les trafics passagers ont reculé de 8% et les trafics passagers motorisés de 6%.

Les compagnies maritimes de ferries sont les plus touchées par la fin des ventes hors taxes. Le nombre de passagers piétons par ferry est passé de 6,6 millions en 1994 à 2,8 millions en 1999.

Pour comparaison, en 1999, le marché aérien est estimé à 60 millions de passagers et le trafic Eurostar à 6,6 millions. Concernant ces deux derniers modes de transport, le ferroviaire ne semble véritablement concurrencer l’aérien que sur les relations Londres / Paris et Londres / Bruxelles où il est plus compétitif. En revanche, en 1999 sur le Détroit, la part des trafics passagers captés par Eurotunnel atteint 53% sur le marché des voitures et 34% sur celui des autocars.

Les trafics de passagers sur le transmanche peuvent se décomposer en trois segments. Le segment des "vacances principales" est stable. Alors que la capacité doublait entre 1990 et 1995 et continuait de progresser avec l’ouverture du Tunnel, ce marché n’a pas évolué dans les mêmes proportions. A l’inverse, le segment des "courts séjours" a bien augmenté. En 1992, il représentait environ un tiers du marché global des passagers contre environ 42% aujourd’hui. Ce marché, sensible au prix, s’est en partie développé grâce à la diminution des prix des traversées maritimes. De même, le segment des "allers retours à la journée" a bénéficié de la baisse des prix dans le transmanche. Alors qu’il représentait moins d’un cinquième des passagers en 1992, il atteignait 30% dès 1997/1998.

- Trafics transmanche

Observatoire Régional des transports du Nord - Pas de Calais