Observatoire Régional des transports du Nord - Pas de Calais
Observatoire Régional des transports du Nord - Pas de Calais
Consultez les indicateurs par thème
Consultez l'atlas Consultez l'atlas
Région Nord Pas de Calais République française
Accueil > Indicateurs > 2006 > Le fret > Le fret SNCF en 2006
  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte
  • Imprimer cet article
  • Envoyer cet article à un ami
  • Suivre le flux RSS de la rubrique
  • Consulter cet article au format PDF

Recommander cet article

Le fret SNCF en 2006

Évolution des trafics de Fret SNCF en 2006

En 2006, l’ensemble de la région SNCF de Lille a traité 24,3 millions de tonnes de marchandises (cf. tableau ). Malgré l’arrivée de la concurrence, l’activité régionale Fret SNCF de Lille augmente de 2,4%. Le trafic national augmente de 3,3%, avec en particulier une progression de 5,4% des trafics sortants. Le volume de marchandises transportées à l’international est stable (-0,2%), même si les importations en provenance des pays communautaires sont en net recul en 2006 (-11,3%).

Les baisses de trafic sont liées à des arrêts d’activités industrielles, à la mauvaise conjoncture de certains marchés, tel que celui de l’automobile, et à l’arrivée de la concurrence sur le fret ferroviaire, dont l’importance des flux nous est inconnue à ce jour. En parallèle, des trafics sont préservés ou en développement suite à des appels d’offres ou à des négociations.

Dans ce contexte concurrentiel, la SNCF entend prendre des parts de marché sur les réseaux étrangers.

Libéralisation des services en Europe et harmonisation des conditions de concurrence

C’est le traité de Rome, signé le 25 mars 1957, qui a établi le principe de la libre prestation de service dans l’ensemble des pays membres pour toute entreprise qui y est implantée. Ce principe inclut les transports. Toutefois, dans chaque pays, les prestataires de transport ont fait valoir auprès de leur gouvernement qu’une libéralisation ne pouvait pas s’envisager sans une harmonisation des conditions de concurrence, qu’il s’agisse des réglementations fiscales, techniques ou sociales, et peu de choses ont bougé pendant 28 ans. Toutefois, en 1985, un arrêt de la Cour de Justice de Luxembourg a constaté la non application de ce principe du traité et a demandé aux États de s’y conformer. Dès lors, les instances européennes et les États ont entamé un processus de libéralisation dans les différents modes de transport, processus suivi de manière plus ou moins simultanée par différents chantiers d’harmonisation des réglementations.

En 2006, la libre prestation en Europe est assurée pour presque tous les modes :

- ferroviaire, depuis mars 2006 pour le fret, à partir de 2010 pour les services internationaux de voyageurs
- aérien, depuis le 1er avril 1997
- routier marchandises, depuis le 1er juillet 1998 (généralisation du cabotage)
- routier autocars, depuis 2003 pour les services occasionnels internationaux
- maritime, depuis le 1er janvier 1999 (cabotage libéralisé)
- voie navigable, depuis le 1er janvier 2000 (suppression de l’obligation de tour de rôle).

Cette libéralisation s’accomplit alors que l’harmonisation est un chantier inachevé. D’une part il est rendu de plus en plus complexe par l’adoption de règles sociales avancées dans certains pays (par exemple les 35 heures en France). D’autre part, les nouveaux entrants ont une main-d’œuvre bon marché, ce qui induit des modifications des positions concurrentielles pour les modes les plus soumis à la concurrence, en particulier le transport routier de marchandises.

Télécharger le tableau au format pdf :

PDF - 44.2 ko
Fret SNCF
Observatoire Régional des transports du Nord - Pas de Calais