Observatoire Régional des transports du Nord - Pas de Calais
Observatoire Régional des transports du Nord - Pas de Calais
Accueil > Indicateurs > 2008 > La mobilité des personnes > L’insécurité routière en 2008
  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte
  • Imprimer cet article
  • Envoyer cet article à un ami
  • Suivre le flux RSS de la rubrique
  • Consulter cet article au format PDF

Recommander cet article

L'insécurité routière en 2008

La tendance à la diminution du nombre des tués de la circulation routière est plus marquée depuis le début des années 2000. Ainsi, alors qu’en 1972, en Nord-Pas-de-Calais, 1 127 personnes trouvaient la mort immédiatement ou après 30 jours, en 2008, on en recense 202 (cf. graphique ).
La prise de conscience des pouvoirs publics dans les années 70, a permis de mettre en œuvre les dispositions pour remédier à ce fléau. Elle s’est traduite par une amélioration de la qualité du réseau routier et des équipements des véhicules. Par ailleurs, de nombreuses mesures législatives ont été mises en œuvre au niveau national et européen, en particulier sur la vitesse, l’alcool et l’utilisation des équipements de sécurité, contribuant à une meilleure sécurité routière. Plus récemment, le déploiement du Contrôle Sanction Automatisé (radars automatiques) a entraîné une baisse générale des vitesses pratiquées et de la gravité des accidents.

Le 13 février 2008, le Comité Interministériel de la Sécurité Routière a décidé de poursuivre ses engagements pris dans la lutte contre l’insécurité routière. Les mesures à mettre en place doivent contribuer à la protection des publics encore trop exposés, en particulier les jeunes et les deux roues motorisés, et à faire reculer les principaux facteurs du risque routier que sont encore l’alcool et la vitesse. Dans ce contexte, chaque département a défini en 2008, dans le cadre de l’élaboration de son Document Général d’Orientation pour les années 2009 à 2012, les orientations d’actions de la politique à mener au sein du département, pour faire reculer le nombre et la gravité des accidents et contribuer à l’atteinte des objectifs fixés, à savoir de comptabiliser au niveau national moins de 3 000 tués d’ici 2012.
Par exemple pour le département du Nord, sur le volet prévention, le nombre d’actions financées dans le cadre du Plan Départemental de Sécurité Routière est en constante évolution. Ceci s’explique par :
- une volonté toujours accrue de l’administration d’aider les différents porteurs de projet tant en termes financiers qu’en moyens matériel et humain mis à disposition,
- une démultiplication des actions au fil des années sur le département,
- une meilleure connaissance et communication des différents acteurs et enjeux de sécurité routière.

Le bilan 2008

En 2008, la baisse du nombre de tués se poursuit au niveau national mais marque un coup d’arrêt dans la région.

Entre 2007 et 2008, le nombre d’accidents corporels enregistrés sur les routes françaises a diminué de 8,3% pour atteindre 74 487 (cf. tableau ). En 2008, le nombre de tués (sur le coup ou dans les 30 jours après l’accident) est également en diminution (-7,5%), pour s’établir à 4 275. La gravité des accidents est ainsi stable cette année, avec 5,7 personnes tuées pour 100 accidents corporels enregistrés. Le nombre de blessés hospitalisés plus de 24 heures est quant à lui de 34 965, en baisse de 9,5%.

Le bilan de l’accidentologie routière est plus mitigé dans la région en 2008 : si le nombre d’accidents corporels est en légère baisse (-1,7%) et le nombre de blessés hospitalisés plus de 24 heures en net recul (-7,4%), le nombre de tués augmente quant à lui de 5,2%, pour s’établir à 202 (cf. tableau ).
Le Pas-de-Calais se distingue par une augmentation de la gravité des accidents : en 2008, 2 personnes de plus sont tuées pour 100 accidents corporels, portant le taux de gravité à 9,5%. Le nombre de tués augmente en effet fortement en 2008 (+15,7%), tandis que le nombre d’accidents diminue de 8,2%. Dans le Nord, le taux de gravité baisse de 0,2 point, avec une baisse du nombre de personnes tuées et blessées de respectivement 3,9% et 5,6%.

Attention : Changement de définition en 2005

Depuis le 1er janvier 2005, afin de comparer ses résultats à ceux de ses voisins européens, la France a adopté la définition internationale du "tué" à 30 jours et du blessé hospitalisé. "La personne tuée sur le coup ou dans les trente jours après l’accident" a remplacé "la personne tuée sur le coup ou dans les six jours après l’accident", et "le blessé hospitalisé plus de 24 heures" s’est substitué au "blessé grave hospitalisé plus de six jours". Ces changements de définitions ont provoqué une rupture dans les séries statistiques à partir de 2005. Toutefois, l’Observatoire national interministériel de sécurité routière (ONISR) a calculé un coefficient multiplicateur de conversion (de valeur 1,069) pour déterminer le nombre de tués de 30 jours à partir de celui à 6 jours, ce qui permet de reconstituer les anciennes séries de données sur les "tués" dans la nouvelle définition (cf. graphique). Un tel coefficient de corrélation n’existe pas pour le calcul des blessés.

Pour en savoir plus :

Site de la sécurité routière du MEEDDM
Site de l’observatoire national de sécurité routière

Télécharger les données au format pdf :

PDF - 64 ko
Tableau Insécurité routière 2008
PDF - 41.7 ko
Graphique Nombre de tués
Observatoire Régional des transports du Nord - Pas de Calais